"Perdre la beauté, c'est aussi manquer d’être.

 

 Ainsi, dans une formule d'ensemble,

                             on dira que le premier principe est le Beau."

                                                                           Plotin

« Faire des Livres d'artiste.

 

            Ou bien peindre des histoires poétiques.

 

                         Ou bien mélanger écriture et peinture pour que l'un exalte l'autre.

 

J'aime bien les livres. Peut-être parce que je viens d'une lignée d'éditeurs.... 4 générations avant moi quand même. Je m'arrange pour qu'ils soient de beaux objets, agréables au toucher. Même quand le texte et les images sont dures, cela n'empêche pas le plaisir de la beauté de la matière.

 

Pour moi, la peinture seule manque de relief. Elle manque de temps aussi.

Les livres d'artistes sont ce milieu entre peinture seule et chorégraphie. Succession de moments éphémères, alignés dans le temps, dans le rythme, dans l'espace en déplacement.

 

Je mélange les textes, depuis la Bible jusqu'à Serge Pey en passant par Ryokan et Roberto Juarroz.

Qui lit la Bible encore aujourd'hui, par delà les religions? Texte magnifique, fondamental pour la pensée comme pour la connaissance de l'humain.

Comme les vers de Ryokan, moine zen du XVIIIème siècle, se marient bien avec ceux de Roberto Juarroz, poète Argentin du XXème, tant leur profondeur dépasse le temps et l'espace. Et comme leurs vers font écho à la prose du Tao Te King qui se reflète à nouveau dans la Bible.... les mises en miroir, en abîme, enrichissent notre regard, l'élargissent. Et si du regard jusqu'au cœur.... »

 

 

 

 

Souffle du Souffle et course après le vent I

Né de la rencontre entre un de la Bible, l'Ecclésiaste, et un poème de Georges Perros.

Courtoisie éditions Gallimard.

Livre mural.

Emboitement bois.

Peintures à l'huile sur papier Népalais et Chinois marouflé sur papier à la cuve.

Fermé : 50 cm x 70 cm. Ouvert : 160 cm x 70 cm.

2016

 

 

 

 

Souffle du Souffle et course après le vent II

Né de la rencontre entre un texte de la Bible, l'Ecclésiaste,  et un poème de Georges Perros.

Courtoisie éditions Gallimard.

Livre mural.

Emboitement bois.

Peintures à l'huile sur papier Népalais et Chinois marouflé sur papier à la cuve.

Fermé : 50 cm x 80 cm. Ouvert : 100 cm x 80 cm.

2016

 

 

 

Possibles Passages . Livre deux. De l'Ombre à la Lumière.

Poèmes de Roberto Juarroz.

Peintures à l'huile sur papiers Japonais et Chinois marouflé sur papier à la cuve.

Couverture bois. Pliage accordéon, Emboitage carton. Fermé : 25 cm x 35 cm.

4 exemplaires uniques.

2014

 

 

Possibles Passages. livre un  : De la guerre à la Paix.

Je veux parler du possible passage entre le visible et l’invisible, entre les temps présents, passés et avenirs, entre les silences et les mensonges, entre l’amour et la guerre, entre la violence qui se transforme en amour, la peur en abandon et la tristesse en joie quand violence, peur et tristesse ont été bues, vues, dites,  jusqu’à la lie.

Les peintures qui viennent aujourd’hui sont violentes, parlent de la beauté et de la destruction.

La fuite, l’horreur de la mort, du sang versé. Le chaos des villes bombardées, l’inhumanité de l’être humain. Sa bestialité.

Je veux parler de la violence faite à soi-même, à sa propre vie, aux siens.

La peur. La grande peur de la violence et de la guerre.

Pas la mort qui peut être un beau Passage.

La peur de la mort qui est violence, non-amour, sombritude.

La violence de la mort au quotidien dans la fermeture d’un instant.
 

47 cm x 48 cm.
emboitage carton, couverture bois

pliage accordéon

peinture à l'huile sur papier chinois marouflé sur papier à la cuve.


2014

Mastiquer la Solitude est un poème de Roberto Juarroz.

Livre unique, 25 cm x 25 cm.

emboitage carton, couverture bois

pliage accordéon

peinture à l'huile sur papier chinois marouflé sur papier à la cuve.

2013

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Catherine Pouzet